fbpx
Vos résultats de recherche

Covid19: quel impact sur le marché immobilier parisien?

Posté par b.matos@karoll-paris.com sur 29 avril 2020
| 1


Face à la pandémie de coronavirus, la France applique le confinement de sa population depuis le 15 mars dernier. À l’heure actuelle, l’Etat prévoit un déconfinement progressif à partir du 11 mai prochain avec probablement une réglementation différente selon les départements.

L’ampleur des effets du virus sur l’économie française ne cesse de s’accroître et le secteur immobilier n’échappe pas à cette règle. La situation est figée: les agences immobilières ont fermé leurs portes et les offices notariaux comme les organismes financiers assurent partiellement leurs activités.

Nous observerons, à l’échelle de Paris, la réaction des acteurs du marché immobilier et aborderons très succinctement les conséquences économiques.


 

1/ Les acteurs du marché immobilier pendant le confinement

 

Les agences immobilières

L’ensemble des 4000 agences immobilières à Paris ont fermé leurs portes depuis le début du confinement mais certaines maintiennent une activité partielle. Une partie des agences exerce le télétravail et propose la visite virtuelle d’appartement dans le cadre des dossiers en cours de vente afin de conforter l’acheteur dans le choix de son acquisition. Elles profitent également de ce battement pour épurer leur base de données et répondre aux interrogations de leur clientèle.


Les notaires

Les offices notariaux travaillent également dans le respect du confinement et ne reçoivent en principe plus de public sauf cas exceptionnels. Afin de réduire leur stock d’acte, le gouvernement a mis en place un décret permettant de signer à distance la vente d’un logement. En effet, un grand nombre d’offices possèdent une infrastructure informatique suffisamment sécurisée pour permettre la signature d’un acte authentique par le biais d’une visioconférence. Il est également possible d’avoir recours à une procuration par voie électronique afin de vous faire représenter par votre notaire.

Pour plus d’information, consultez l’actualité de la Chambre des Notaires de Paris sur ce lien


Toutefois, les notaires sont confrontés à un problème majeure dans la constitution du dossier de vente : le ralentissement des services publics


Les services publics

Les services publics n’échappent pas à la règle du travail partiel. L’urbanisme fonctionne au ralenti et la publicité foncière a fermé dans plus de 30 régions. Cela pose problème notamment dans l’élaboration de l’état hypothécaire nécessaire à la vente d’un bien.

Le cas est identique pour les mairies, les notaires doivent purger le droit de préemption urbain (la vente est proposée en priorité à la collectivité en vue de la réalisation d’opérations d’aménagement urbain). Si cette formalité n’est pas respectée, la nullité de la vente peut être engagée sur une durée de 5 ans.


Les organismes financiers

Au delà d’un service restreint comme pour ses prédécesseurs, on observe une augmentation de près de 0,2% des taux d’intérêt, soit une moyenne de 1,32% pour un emprunt d’une durée de 20 ans. Depuis le début de l’année 2020, les banques sont plus regardantes concernant les conditions de financement si bien que certains dossiers acceptés en 2019 se sont vus refusés en 2020. La crise du coronavirus accentue cette tendance.

Nous observons actuellement une disparité des taux d’intérêts proposés pour un même dossier de financement. Ainsi, nous vous recommandons de contacter un courtier spécialiste en prêt immobilier et bénéficier des meilleurs conditions pour votre projet.

Vous pouvez nous contacter à agence@karoll-paris.com et nous vous mettrons en relation avec un de nos courtiers partenaires.

 


Nous pouvons noter que l’ensemble des acteurs du marché immobilier essaient tant bien que mal de limiter l’impact du confinement en proposant un service minimum à distance. Côté finance, les taux repartent à la hausse (2 points soit 0,2%) et côté administratif, les dossiers de vente s’accumulent et laissent présager “un embouteillage” lors de la reprise de l’activité.


 

2/ Quelles vont être les conséquences économiques?

 

La crise du coronavirus rappelle la grande récession de 2008, mais la ressemblance est trompeuse

En 2008, la récession avait une origine financière et structurelle. Il s’agissait de l’effondrement du système bancaire dit des “subprimes”: prêts immobilier octroyés à la légère par les banques américaines.

La crise du coronavirus est un choc sanitaire qui touche l’économie réelle et s’étend au fur et à mesure que les pays se calfeutrent. Avec l’arrêt d’usines en Chine, elle a d’abord touché l’offre en perturbant l’approvisionnement des entreprises. Aujourd’hui, elle s’étend à la demande avec des consommateurs contraints de rester chez eux.


A quoi doit-on s’attendre à la sortie de crise?

Bien que différente, la crise sanitaire n’a pas épargné les places boursières. L’impact sur l’économie mondiale continue de peser sur le moral des institutions financières et les perspectives de récession pour 2020 sont inévitables. En France, la plupart des sociétés du CAC40 ont averti qu’elles ne respecteraient pas leurs objectifs et devraient réduire drastiquement leurs investissements.


Les statisticiens de l’INSEE avertissent que l’onde de choc sera «bien plus importante» que celle de la crise de 2008


Le gouvernement français prévoit un recul de 8% du produit intérieur brut (PIB) pour 2020 (annonce le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, ce mardi 14 Avril). Ces prévisions peuvent évoluer au cours des prochaines semaines, rappelons qu’au début du confinement l’état prévoyait une récession limitée à -1%. Cette situation va entraîner une très forte baisse des recettes de l’état et une explosion des dépenses, notamment pour faire face au 9 millions de personnes au chômage partiel et aux entreprises en difficultés.

La dette française risque de se hisser à plus de 115% du PIB et engendrer des mesures d’austérité pour rééquilibrer la balance.


 Le marché immobilier parisien

Nous faisons face à une situation totalement inédite, il est donc trop tôt pour se projeter car plusieurs questions demeurent sans réponse: Combien de temps le confinement va-t-il réellement durer? Comment les banques et l’administration vont-elles réagir? Comment les vendeurs et acquéreurs se comporteront-ils?


L’immobilier répond toutefois à un besoin élémentaire: le besoin de sécurité. Il devrait donc continuer de jouer pleinement son rôle de valeur-refuge.


À Paris, le marché immobilier est caractérisé par une offre très largement inférieure à la demande comme l’explique la chambre des notaires de Paris « Il n’y a pas de bulle immobilière à Paris, le marché Parisien est un marché de pénurie ».


La demande:

Les acquéreurs disposent, en majorité, d’un fort pouvoir d’achat et de situations professionnelles stables. Certains profils reporteront leurs achats mais le déséquilibre avec les vendeurs est tel que l’impact devrait être relatif.

Paris est et restera une localisation très prisée et donc très demandé.


L’offre:

L’incertitude se place davantage du côté des vendeurs. S’il est évident que les motifs impérieux (obligeant un propriétaire à vendre) devraient augmenter en conséquence du confinement et du coronavirus, il n’en reste que certains propriétaires privilégieront un comportement attentiste face à l’incertitude de la situation…

Il est donc difficile de se positionner concrètement sur l’évolution de l’offre (en volume) à la suite du déconfinement.


Notre ressenti:

La perspective d’une reprise de l’activité au 11 mai nous a permis de reprendre contact avec notre clientèle. Les projets de ventes des semaines précédentes sont toujours maintenues et plusieurs clients souhaitent une estimation de leur bien en prévision d’une vente.

De notre côté, l’activité semble donc repartir…


Mise à jour du mardi 5 mai:

Après quelques retours de nos clients et courtiers, il semble que les organismes bancaires continuent d’augmenter leurs taux d’intérêts. Les barèmes du mois de mai montre une hausse d’environ 4 points.



Vous recherchez un appartement à Paris? 

 

Biens off market

Une discussion sur “Covid19: quel impact sur le marché immobilier parisien?

  • Francois. D
    sur 2 mai 2020

    Bonjour, qu’entendez-vous par marché Parisien ? Est ce que vous intégrez la première couronne ? Je suis propriétaire à Courbevoie et je ne sais pas si je dois reporter mon projet de vente. Merci de votre aide.

Laissez une Réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Comparer les annonces